OUVERTURE DE LA 10E UNIVERSITE D’ETE DE VILNIUS – Discours de Mme BERNIAU

Discours de Mme Maryse BERNIAU, Ambassadeur de France en Lituanie

 

Monsieur le Recteur,

Monsieur le Professeur,

Monsieur le Doyen,

C’est avec plaisir que je participe pour la seconde fois à l’ouverture de l’Université d’Eté Européenne en Sciences Juridiques, organisée conjointement par l’Université de Vilnius, l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et l’Université Johann Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le-Main.

C’est aussi avec beaucoup de satisfaction que je me suis jointe à vous pour cette dixième édition, car cette Université d’Eté est le fruit de la réconciliation franco-allemande et le symbole du renouveau de deux nations qui, après des siècles de confrontations ont décidé de construire un avenir commun en formant les générations nouvelles.

On ne peut qu’éprouver de la fierté, en cette année où nous célébrons le 50e anniversaire du Traité de l’Elysée, acte fondateur d’une histoire nouvelle entre l’Allemagne et la France, de fêter également le 10e anniversaire d’une recherche commune en sciences juridiques qui, de plus, a su s’ouvrir aux juristes lituaniens et leur transmettre cette dynamique nouvelle.

C’est précisément parce que le Traité de l’Elysée a voulu miser sur la jeunesse pour faciliter la reconstruction des deux nations que mon collègue allemand et moi-même avons souhaité célébrer le 50e anniversaire au sein des universités lituaniennes en présence d’étudiants qui eux aussi auront demain pour tâche d’assurer la pérennité de la Lituanie indépendante. Nous avons donc organisé des conférences croisées à l’Université Technologique de Kaunas, à l’Université Biélorusse en exil, à l’Université Romeris et en cette même prestigieuse Université de Vilnius, à l’Institut des Relations Internationales et des Sciences Politiques.

Je suis heureuse de voir que notre action va pouvoir être poursuivie pendant deux semaines pleines à la Faculté de Droit, dans un domaine fondamental, celui des sciences juridiques, qui permet non seulement de mettre en relief le socle commun des sociétés civiles allemande et française, mais aussi de préfigurer ce qui doit être l’avenir de l’Europe.

A l’heure où certaines crispations nationales, voire nationalistes, mettent en péril l’identité européenne commune, vous avez bien raison, en tant que juristes de haut niveau, de vouloir vous interroger sur l’orientation à donner aux systèmes juridiques de chaque Etat membre de l’Union Européenne.

Doit-t-on encourager le législateur à toujours plus d’harmonisation, en effaçant au passage les identités nationales, ou devons-nous concevoir une harmonisation des systèmes qui faciliterait l’intégration des spécificités nationales, au risque toutefois d’aboutir à une superposition méandreuse de normes et de codes qui peut frôler à tout moment l’éparpillement voire la dislocation ?

Je pense en tout cas qu’il est parfaitement légitime et nécessaire d’inclure nos amis lituaniens dans cette réflexion.

L’Allemagne et la France ont cimenté l’Union Européenne, ils en ont été et le sont encore, quels que soient les aléas du moment, le moteur puissant et infatigable ; toutefois, il est juste aussi d’en appeler maintenant aux forces vives que représentent les jeunes Etats membres comme la Lituanie, dont l’histoire, tourmentée souvent, douloureuse parfois, ne peut pas nous faire oublier que cette identité européenne commune dont nous pouvons maintenant nous prévaloir, a souvent été forgée plus dans le chaos des conflits que dans l’harmonie des lois.

C’est pourquoi je suis tout particulièrement heureuse que nous puissions fêter ce 10e anniversaire de l’Université d’Eté Européenne en Sciences Juridiques à la veille d’une échéance particulièrement importante pour la place de la Lituanie au sein des nations européennes, celle de la Présidence du Conseil de l’Union Européenne.

Je souhaite donc que les travaux de cette Université d’Eté puissent être fructueux, utiles non seulement à nos trois nations, la Lituanie, l’Allemagne et la France, mais encore à l’ensemble de la communauté juridique européenne.

Puisse l’Esprit des Lois de Charles-Louis de Montesquieu, où il est écrit « qu’Il faut éclairer l’histoire par les lois et les lois par l’histoire », inspirer votre réflexion, votre sagacité et votre sagesse.

Je vous remercie de votre attention.

Laisser un commentaire