Quelques raisons de participer à l’Université d’été trinationale de Vilnius – Témoignage

par Gaspar Obregon, Institut Libre Marie Haps (Bruxelles, Belgique), en formation post-universitaire d’interprétation de conférence

Invité à l’université d’été de Vilnius pour la première fois en 2009 par le professeur Otmar Seul, j’ai eu le plaisir de renouveler l’expérience lors des éditions de 2010 et 2011.

Mes participations, à l’époque en qualité d’étudiant du master bilingue de droit français – droit allemand (UFA W72)  ont grandement contribué à mon enrichissement intellectuel et à ma formation de juriste.

L’université d’été de Vilnius réunit professeurs, doctorants et étudiants dans une ambiance conviviale et moins formelle que celle habituellement rencontrée sur les bancs des universités.

Un rapport quasi-paritaire entre professeurs d’une part, et de doctorants et d’étudiants d’autre part permet un échange intense d’idées, laissant également une grande place au dialogue et aux questions des participants. – Les bienfaits de ce dialogue permanent ont déjà été reconnus par le passé et le nombre d’ateliers / workshops permettant cette forme d’échange ont été depuis privilégiés aux conférences-leçons classiques.

La diversité des intervenants permet une approche pluridisciplinaire dans le traitement de questions juridiques – et révèle des problématiques précédemment insoupçonnées. Ce traitement transversal apporte un intérêt supplémentaire à des sujets en principe pourtant déjà connus.

La qualité rare des conditions d’apprentissage et la forme interactive ne sont cependant pas le seuls points forts de l’université d’été :

La composant humaine n’est pas à négliger. L’échange se fait à tous niveaux et entre tous niveaux. Ainsi, les participants ne rencontrent pas seulement leurs homologues des autres pays, mais il est aussi donné aux étudiants l’opportunité de mieux connaître le milieu de l’enseignement et de la recherche, aspect particulièrement intéressant pour le futurs chercheurs.

Enfin, l’université d’été de Vilnius offre aussi aux étudiants du master bilingue de droit français – droit allemand (W72) un défi linguistique hors du commun :

Outre une communication bilingue (voire trilingue), ils s’exercent à l’interprétation consécutive des conférences : C’est ainsi que j’ai pu découvrir lors de l’édition de 2009 le défi que présente l’interprétation de conférence, puis renouveler l’expérience en 2010, enfin, assumer un rôle d’interprète-coordonnateur en 2011.

C’est à la suite de ces trois séjours que j’ai été d’abord été admis au cursus bilingue de master de traduction et d’interprétation juridique, soutenu par l’UFA (Université Bretagne Sud / Hochschule Magdeburg), mais qui n’a pu démarrer pour l’année 2011-2012 faute de candidats en nombre suffisant.

Depuis septembre 2011, j’ai intégré la formation post-universitaire d’interprétation de conférence de l’Institut Libre Marie Haps à Bruxelles, qui prépare ses élèves aux missions exercées par la Direction Générale de l’interprétation (SCIC) de la Commission Européenne.

L’université d’été de Vilnius ne m’aura pas seulement permis d’assouvir ma curiosité d’apprendre, mais m’aura également permis de tisser des liens durables avec des étudiants et professeurs, pour certains étrangers. Enfin, elle m’a fait découvrir le métier d’interprète, qui me permettra d’exploiter non seulement mes connaissances linguistiques, mais également juridiques, dans le milieu de l’union européenne.

Gaspar OBREGON

Laisser un commentaire